Portrait de Melanie : traductrice juridique français allemand anglais

Melanie : traductrice français allemand => anglais

Cette semaine, plein phare sur Melanie Wilkos. D’origine américaine, Melanie fait des traductions du français et de l’allemand vers l’anglais. Curieuse et engagée, Melanie fait de sa double culture et de ses nombreux voyages à l’étranger une force au quotidien

 

ACS_traduction-15

Quelles études as-tu faites pour devenir traductrice ?

J’ai été diplômée d’un bac littéraire avec LV1 renforcée. J’étais déjà passionnée par les langues puisqu’en plus de l’anglais, ma langue maternelle, j’ai appris le français et l’allemand. Lorsque je suis arrivée à l’université (Kansas City University), j’ai décidé de suivre un cursus mêlant langues et business. Pendant 5 ans, j’ai pu continuer de travailler mes langues (en ajoutant l’espagnol à ma liste), j’ai suivi des cours de leadership des ONG, de business…ce cursus m’a vraiment permis de découvrir des matières très différentes, de développer ma curiosité et de me constituer un bagage culturel solide. Une fois diplômée, je suis partie travailler 1 an et 8 mois en Afrique de l’Ouest dans une organisation humanitaire. Mes missions tournaient principalement autour de l’administration et de la gestion des tâches. Au fur et à mesure, je me suis rendu compte que l’on faisait de plus en plus souvent appel à moi pour mes compétences en langue. J’ai commencé à traduire des documents et à me rendre compte de l’impact que j’avais lorsque je traduisais. J’ai donc commencé à chercher un master pour obtenir un diplôme de traduction. Je voulais absolument trouver un master qui me permettrait de faire de la traduction « pratique » (pour pouvoir se spécialiser en traduction médicale, technique ou en traduction juridique…) pour pouvoir ensuite travailler dans une ONG. Mon choix s’est finalement arrêté sur le master TSM de Grenoble : il proposait exactement tout ce que je cherchais !

Pourquoi avoir choisi la France  ?

À vrai dire, je n’avais pas prévu de rester en France à la fin de mon diplôme. Je m’étais déjà rendu en France au cours de mon adolescence mais je ne connaissais pas la région de Grenoble. J’avais dans l’idée de repartir travailler dans une ONG mais une série d’évènement m’a finalement amenée à rester ici et… je suis en plein dans les démarches pour être naturalisée française ! Lorsque de ma recherche de stage de M2, dès que j’étais prise dans une entreprise hors de France, je me retrouvais confrontée à des problèmes de visa à cause de mon statut d’étudiante américaine. Je commençais à désespérer lorsqu’un ami m’a communiqué une annonce de stage au sein d’une agence de traduction à côté de Grenoble : l’annonce correspondait exactement à ce que je recherchais ! On m’a proposé un poste de traductrice français allemand anglais au bout de trois mois de stage : ma responsable m’a beaucoup aidée dans les démarches administratives et je suis devenue salariée de l'agence de traduction ACSTraduction avant même d’avoir fini ma période de stage !

Que t’apporte cette double culture ?

Pour moi, un traducteur.rice (A lire notre article sur l'écriture inclusive !) évolue constamment entre deux mondes différents lorsqu’il traduit. Le texte d’origine reflète une manière de pensée qui lui est propre et qu’il va falloir transposer dans une autre langue et donc dans une manière de pensée différente. J’ai eu la chance de pouvoir beaucoup voyager : j’ai passé plus de temps à l’étranger que dans le pays où je suis née ! Mes études dans des écoles et lycées français m’ont permis d’évoluer dans des contextes différents et de me rendre compte de l’influence de la manière de penser sur l’écrit.

ACS_traduction-38

 

Une journée type ?

Mon métier a de très nombreuses facettes : je m’occupe de la traduction pour la clientèle de particuliers et de professionnels, de la relecture des documents rédigés en anglais, de la communication avec les clients, des recherches terminologiques.

Je suis également en charge de la formation des stagiaires et j’aide à l’organisation du planning interne en lien étroit avec les gestionnaires de projet. Je fais aussi de la consultation, c’est-à-dire que je réponds à toutes les questions en rapport avec les réalités culturelles des mondes anglo-saxon et français et en rapport avec la traduction du français vers l’anglais

Qu’est-ce que tu préfères dans ton métier ?

J’adore apprendre de nouvelles choses chaque jour et faire découvrir de nouvelles réalités culturelles à ceux qui m’entourent / collègues. J’aime aussi tout particulièrement travailler avec les autres et pouvoir voir une personne progresser, en partie grâce à ce que je peux lui apporter.

 

Quel est ton mot d’ordre ?

Ouverture d’esprit et rigueur. Pour moi, il est primordial de livrer des traductions de qualité car cela relève d’un investissement de la part du traducteur.

 

Par Emeline Cizeron, pour ACS Traduction - 2019.

 

 

ACS_traduction-42

 

Découvrez un prochain portrait d'ici deux semaines !

 


Nous vous proposons également un article qui pourrait vous intéresser :

ecriture inclusiveTout savoir sur l'écriture inclusive !

Lire nos articles de blog