• Accueil
  • Actualité
  • Que va-t-il se passer pour les entreprises françaises avec le Brexit?

Les relations commerciales entre la France et la Grande-Bretagne

La décision de reporter le Brexit au 31 octobre 2019, fait planer beaucoup d’incertitudes sur l’avenir des relations entre la Grande-Bretagne et l’Europe et les entreprises françaises. Le marché britannique est important pour la France, c’est le 8ème partenaire économique de la France, et surtout un des rares pour lequel notre balance commerciale est positive (+12 Mds d’euros en 2018). Chiffre à comparer avec une balance négative avec notre premier partenaire économique, l’Allemagne, de 16 Mds d’euros, ou la Chine, notre deuxième partenaire -30Mds d’euro !

Le commerce avec la Grande-Bretagne concerne 60 000 entreprises qui exportent leurs biens et services, et également 3 300 entreprises françaises qui sont expatriées en Grande-Bretagne. Il y a 300 000 français qui résident en Grande-Bretagne (contre 200 000 britanniques en France).

La Grande-Bretagne, c’est aussi 12 millions de touristes, qui représentent ainsi la première clientèle étrangère en France.

Enfin, la Grande-Bretagne c’est aussi 165 milliards d’euro de stock d’investissement : la France a investi 100 milliards en Grande-Bretagne et est ainsi le 3 ème investisseur direct. De son côté la Grande-Bretagne a investi 65 milliards d’euro en France et est le 4ème investisseur.

Conséquence n°1

RESTAURATION DES DROITS DE DOUANE

Les pays membres de l’union européenne n’ont pas à s’acquitter de droits de douane. Le principe de libre circulation des marchandises s’applique. Avec la fin de la libre circulation, des droits de douane devront être payés, pour les entreprises françaises comme leurs équivalentes britanniques, et pourront atteindre 10%.

Conséquence n°2

RETOUR DES FORMALITÉS DE CONTRÔLE À LA DOUANE

Le secteur agro-alimentaire est un des principaux secteurs d’activité d’exportation vers l’Angleterre. Avec le retour des formalités de contrôle, les temps d’attente à la douane vont être plus longs, et cela va avoir un impact sur la logistique des produits frais.

Conséquence n°3

UNE MONNAIE PLUS CHÈRE

Il est attendu que le cours de la livre sterling baisse lorsque que le Brexit sera effectivement implémenté. La valeur de la monnaie britannique est déjà passée de 1,42€ à 1,12€ aujourd’hui, ce qui représente une baisse de 25%. Cela signifie que les produits français seront plus chers, et donc risque d’entraîner une baisse de la demande britannique et ainsi une baisse des exportations.

Conséquence n°4

LES FRANÇAIS TRAVAILLANT EN GRANDE-BRETAGNE

Avec le Brexit, c’est la fin de la libre circulation des personnes entre la France et la Grande-Bretagne. C’est aussi de nouvelles dispositions légales qui devront être créées pour les français résidant en Grande-Bretagne. Pour l’instant c’est l’incertitude.

Conséquence n°5

LES SYSTÈMES DE TECHNOLOGIE COMMERCIALE

Toutes les entreprises qui dépendent de la libre-circulation des données seront fortement impactées par le Brexit. La mise à jour des systèmes de technologie commerciale entrainera des coûts supplémentaires pour les entreprises qui dépendent de la libre circulation des données.

Conséquence n°6

LA TVA

Pour l’instant rien n’est décidé, mais s’il devait y avoir un Brexit dur, et donc pas d’accord général de sortie, les entreprises françaises devraient déclarer et payer la TVA aux autorités britanniques. Toutes les modalités à accomplir seront du ressort de la seule autorité fiscale britannique.

Le Brexit peut aussi amener des opportunités pour les entreprises françaises. C’est «une bonne nouvelle pour l’économie française, c’est une bonne nouvelle pour toutes les entreprises françaises » estime ainsi Bruno Le Maire, le ministre de l’économie.

Opportunité

ATTIRER LES ENTREPRISES ET LES INVESTISSEURS QUITTANT LA GRANDE-BRETAGNE

Une des opportunités du Brexit réside dans les entreprises ayant prévu de quitter la Grande-Bretagne en cas de Brexit. La France développe une politique pour pouvoir les attirer, et en faire ainsi bénéficier tout le tissu économique français. Par exemple HSBC a prévu de déplacer 1 000 emplois en France, à Paris. D’autres banques devraient faire de même comme Goldmann Sachs.

Pour que le Brexit soit vécu de la meilleure des façons par les entreprises françaises, elles doivent l’anticiper. Le MEDEF propose ainsi un plan en 4 étapes pour préparer les entreprises à sa mise en œuvre.

La difficulté majeure vient du fait que pour l’instant, les modalités d’application du Brexit sont loin de faire l’unanimité en Grande Bretagne. Toutes les options sont toujours sur la table, y compris celle d’annuler le Brexit. Les conservateurs au pouvoir vont bientôt nommer leur prochain premier ministre. Il sera alors plus clair de voir vers quel type de Brexit nous nous dirigeons.

Avec ou sans Brexit, il sera important de bien choisir son agence de traduction pour vos démarches.

ACSTraduction est votre partenaire idéal pour votre projet à l’export en Grande Bretagne comme dans tous les pays du monde !

Venez nous parler de vos projets, nous serons heureux de vous accompagner.